Aujourd'hui, Alger forme une importante agglomération

Les Transports à Alger: Extension du métro, tramways et téléphériques

metro Alger

Les transports urbains à Alger vont bon train, les travaux d’extension du métro, tramways et téléphériques se poursuivent allégrement. Omar Hadbi, DG de l’entreprise du métro d’Alger (EMA) dévoile dans son entretien à TSA-ALGÉRIE, les quartiers de la capitale qui seront désservis d’ici peu par le métro.

Extension du métro de la capitale, tramways et téléphériques

Combien de lignes de métro d’Alger sont-elles en chantier
et dans combien de temps seront-elles livrées ?

Actuellement, nous avons trois extensions de la ligne I de métro d’Alger qui sont en construction. Il y a la ligne Hai El Badr – El Harrach. Elle fait 4 km et a quatre stations. Pour cette extension, les travaux en génie civil sont terminés depuis deux ans. Actuellement, nous sommes en phase d’équipement, et donc, en train de poser la voie, la signalisation et le système. L’achèvement des travaux est prévu pour la fin de l’année. Il faudra compter, par la suite, sur une période pour les essais du système. La mise en service est prévue pour avril 2015. La seconde ligne Hai El Badr- Ain Naâdja s’étale sur 3,6 km avec trois stations. Les travaux de génie civil seront terminés d’ici la fin de l’année. Nous lancerons les appels d’offres de système en septembre de l’année 2014. La troisième extension est celle de la Place des martyres. C’est un tronçon qui fait 1,6km avec deux stations ; la station Ali Boumendjel et la station Place des martyres. La station Place des martyres sera en même temps une station musée qui ressemblera à la station du musée du Louvres à Paris. Pour pouvoir réaliser cette station musée, nous collaborons avec le ministère de la Culture depuis plus de trois ans. Dans cette station, les travaux de génie civil ont bien avancé. Nous terminerons d’ici décembre 2014. Ces trois stations sont, donc, en cours de travaux génie civil et les appels d’offre pour la mise en place du système d’exploitation vont être lancés au mois de septembre. Nous avons trois horizons de mise en service au premier trimestre 2015 du tronçon Hai El Badr – El Harrach. Au premier trimestre 2017, nous aurons la mise en service des deux autres extensions Hai El Badr – Ain Naâdja et Hai El Badr – Place des Martyrs.

La livraison de la ligne Hai El Badr – El Harrach est prévue pour le dernier trimestre 2014. Est-ce que ce délai sera respecté ?

Nous serons dans les délais, car le plus dur a été fait. Le plus dur c’est le creusement du tunnel. Actuellement, nous sommes en train de bétonner et de réaliser les finitions des tunnels.

Pouvez-vous nous donner les quartiers d’Alger
qui seront desservis par le métro ?

L’extension Hai El Badr – Ain Naâdja est une ligne qui desservira les quartiers populaires d’Ain Naâdja où la demande est très forte. C’est le cas également de la ligne Hai El Badr – El Harrach, qui traverse des quartiers populaires comme Bach Djarrah, Bourouba et El Harrach-centre et qui a la particularité d’avoir une liaison avec la gare ferroviaire d’El Harrach. La station Ali Boumendjel va desservir, pour sa part, la rue Ben Mhidi, la rue Debbah Cherif, la rue de la mosquée Ben Badis, et nous avons rajouté une dernière station qui est celle du square Port Saïd juste à côté du Théâtre national d’Alger.

Dans combien de temps seront livrées les lignes
El Harrach – Aéroport et Place des martyrs et Chevalley ?

Il faut savoir que le projet consiste en une liaison entre El Harrach centre – Bab Ezzouar – Aéroport, la ligne fera 9,4km avec 8 stations. C’est une extension très importante. Elle desservira le quartier universitaire de Belfort, l’institut agronomique, l’école polytechnique, l’école d’architecture, les quartiers de Beaulieu, la zone d’Oued Smar. Il y aura également une station juste en face de l’entrée principale de Bab Ezzouar, une autre station à la cité 5 juillet qui sera en liaison direct avec le tramway, ainsi qu’une station au nouveau quartier AADL de Bab Ezzouar, une autre station au centre commercial de Bab Ezzouar et le terminus sera une liaison directe avec l’aéroport d’Alger. C’est un projet très important dont le marché a été attribué de gré-à-gré à l’entreprise Cosider. Nous sommes en phase d’enquête d’utilité publique et nous allons commencer les travaux au dernier trimestre 2014. Il y a une autre extension qui va être lancée très bientôt. Il s’agit de l’extension Ain Naâdja – Baraki qui fait 6km et qui contient 6 stations. Il y aura une station au niveau du Boulevard Mohammed Boudiaf de Ain Naâdja et une autre au niveau de la halte SNTF de Ain Naâdja. Cette extension a également été confiée à Cosider.

Quels sont les projets à venir ?

Vous avez l’extension Place des Martyres – Bab El oued – Chevalley. Il y aura une station au niveau de Triolet, les trois horloges, au théâtre de verdure, au niveau de la place Kennedy à El Biar, au niveau, également, de la nouvelle faculté de médecine et au Château Neuf. Les études du projet sont pratiquement terminées et les cahiers de charges sont prêts pour lancer les appels d’offres. Il y a une autre extension Chevalley – Dely Brahim – Chéraga – Ouled Fayet – El Achour et Draria. Elle est en cours d’étude. Nous allons avoir les résultats en 2015. Nous avons, également, reçu des instructions du ministre (des Transports) pour faire des études de faisabilité afin d’essayer de prolonger la ligne du métro de l’aéroport d’Alger vers les villes de Dar El Beida, Rouiba et Reghaia. On nous a également demandé de faire des études de faisabilité pour continuer la ligne de Baraki à Sidi Moussa et Larabaâ.

Le téléphérique de Bouzareah sera-t-il connecté au métro ?

Oui, le téléphérique de Bouzaréah va de Triolet vers Bouzaréah. Il fait 2,5 km. Il y aura 55 cabines, prévues pour transporter 2 400 passagers par heure et le temps de parcours ne dépassera pas les 10mn. Ce téléphérique aura une liaison avec la station Triolet (Bab El Oued) prévue dans le cadre de l’extension.

La ligne ferroviaire de la banlieue d’Alger sera-t-elle connectée au métro ?

Il y aura une connexion entre le métro et la ligne ferroviaire. La première liaison se trouve au niveau de la gare d’El Harrach où les passagers du train peuvent directement prendre le métro. Il s’agit d’une une liaison souterraine directe.

Avez-vous des prévisions sur le coût total de ces extensions.
Avez-vous les moyens financiers de le faire ?

Je ne peux pas vous communiquer le coût total, mais je peux vous affirmer que les moyens financiers existent et sont suffisants.

Combien les travaux déjà réalisés (métro, tramway et téléphérique) ont-ils coûté ?

Je vais vous donner les coûts des projets réalisés et de ceux en voie de réalisation. Le coût du métro s’élève à plus de 255 milliards de dinars. En ce qui est du tramway, les coûts sont estimés à 702 milliards de dinars. Le téléphérique a, pour sa part, couté 50 milliards de dinars.

Quels sont les difficultés que vous rencontrez lors de la réalisation ?

Il y a les problèmes liés au déplacement des réseaux d’eau de gaz, entre autres. Malgré l’existence de cartes, il y a toujours des réseaux inconnus. Nous avons aussi le problème des expropriations. Pour la zone de Bouzaréah, par exemple, nous sommes restés deux ans pour exproprier quelqu’un.

Pourquoi avez-vous décidé de faire baisser les prix du métro et tramway ?

Depuis la mise en marche du métro, nous avons pu faire des statistiques sur les fréquentations. Je peux vous dire qu’à la fin du mois de mars nous avons enregistré 33 millions de passagers dans le métro et 24 millions de passagers dans le tramway. Nous avons également mené des enquêtes de satisfaction sur le client, ce qui nous a amené à élargir la gamme tarifaire existante pour le métro et le tramway.

Comment comptez-vous rentabiliser le métro avec cette révision des prix ?

Dans aucun pays du monde, le métro est rentable, hormis celui de Hong Kong. Nous faisons un tarif d’équilibre où la différence est subventionnée à hauteur de 65% à 70% par l’État.

Dans combien de temps allez-vous lancer la réalisation du métro d’Oran ?

C’est un projet dont les études sont achevées. Les cahiers de charges sont en cours de réalisation. Il s’agit d’une ligne de 19 km et de 20 stations. La première phase consiste à relier Hai El Fath au 5 juillet sur 12km. La demande de financement a été introduite dans la loi des finances 2015.

Peut-on connaître le coût et le délai de sa réalisation ?

On ne peut pas parler du coût avant que les appels d’offre ne soient faits. Nous devrions lancer les appels d’offres au dernier trimestre 2015. Ça sera un appel d’offre global avec un délai de réalisation allant de 4 à 5 ans.

Combien de tramways sont-ils en réalisation et pour combien d’argent ?

Il y a les trois lignes d’Alger, Oran et Constantine qui sont en exploitation. Pour les projets des nouvelles lignes, six grandes villes ont été choisies. Il s’agit de Sidi Bel Abbes où les travaux commenceront à partir du mois de juin prochain. Mostaganem, dont les travaux seront débutés à partir de septembre. Ouargla, où les travaux vont commencer le 28 juillet. Il s’agit, en outre, de la ville de Sétif où les travaux seront entamés au mois de juin. Il y aura aussi l’extension du tramway de Constantine qui démarrera au mois de juillet, et les travaux du tramway à Annaba. L’entreprise qui a obtenu le marché sera connue bientôt. L’appel d’offres du projet de tramway de Batna sera lancé bientôt, sans parler des extensions prévues à Alger. Il y aura l’extension des Fusillés jusqu’à Bir Mourad Raïs. Il y aura également trois extensions à Oran. Il y a l’étude de faisabilité pour six autres villes : Blida, Djelfa, Tlemcen, Tebessa, Skikda et Bejaia. Pour toutes ces villes, nous avons mis en place un partenariat entre Ferro-Alstom, Ferrovial et l’Ema pour créer la société mixte Cital de fabrication de rames de tramway. L’usine se trouve à Annaba. La première rame est sortie de cette usine au mois d’avril et toutes les villes que je vous ai citées seront approvisionnées à partir de Annaba.

Combien de lignes de téléphérique sont en cours de réalisation?

Nous avons réalisé les téléphériques de Constantine, Tlemcen et Skikda et rénové les trois téléphériques situés dans la capitale, en plus de ceux d’Annaba et Blida. Nous allons mettre en service le téléphérique d’Oued Koraiche – Beau Fraisier – Bouzareah le 4 juillet prochain. Il y a une nouvelle ligne de téléphérique qui va de Bab El Oued à Zghara. Il y a, également, deux téléphériques à Constantine et un autre à Bejaia et Beni Saf. Il y aura aussi la rénovation du téléphérique d’Oran. Tous ces projets sont programmés et les marchés viennent d’être attribués.

Pourquoi avez-vous choisi le tramway au lieu du métro pour desservir Alger-Est ?
Est-ce que c’est une question de coût ou de faisabilité technique ?

Ce sont les deux aspects au même temps. Le choix du tramway est beaucoup moins cher. Il coûte entre 20 et 25 millions d’euros le kilomètre alors que celui du métro est entre 80 et 120 millions d’euro le kilomètre. Le tramway offre également la facilité à desservir car il peut rentrer dans les quartiers, chose que l’on ne peut pas réaliser avec le métro.

Pourquoi la solution tramway a été généralisée à toutes les villes ?

C’est peut-être parce que c’est la solution qui corresponde le plus.

Les entreprises algériennes sont exclues, jusque-là, de la réalisation des tramways.
Allez-vous les associer à l’avenir ?

Cette idée n’est pas totalement juste. Il y a des dizaines de sous-traitants algériens qui ont travaillé avec Alstom sur la première ligne du tramway d’Alger. Je vous donne l’exemple des poses des voies du tramway et du métro qui ont été réalisées par un sous-traitant algérien. D’autres entreprises algériennes travailleront dans les projets à venir.

À consulter:  Le 3e prolongement du tramway: Bordj El-Kiffan-Dergana

Les transports urbains vont bon train à Alger

Les Transports à Alger: Extension du métro, tramways et téléphériques

Les transports urbains à Alger vont bon train, les travaux d’extension du métro, tramways et téléphériques se poursuivent allégrement. Omar Hadbi, DG de l’entreprise du métro d’Alger (EMA) dévoile dans son entretien à TSA-ALGÉRIE, les quartiers de la capitale qui seront désservis d’ici peu par le métro.

Archives