Aujourd'hui, Alger forme une importante agglomération

Lancement du projet de la nouvelle aérogare d’Alger,
finalisée en 2018

aerogare alger - projet

la construction de la nouvelle aérogare d’Alger, d’une capacité de traitement de 10 millions de passagers/an, sera finalisée en 2018, a affirmé, jeudi 13, le PDG de l’aéroport d’Alger.

Intervenant sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale, Tahar Allache a précisé que les avis d’appel d’offres avaient été publiés et qu’un certain nombre d’entreprises susceptibles d’être retenues pour le réaliser avaient été, d’ores et déjà, sélectionnées. « En raison de l’envergure du projet de la nouvelle aérogare, seules des entreprises étrangères ont été présélectionnées, les entreprises algériennes seront cependant largement associées à la construction de cette importante infrastructure », a encore précisé le PDG de l’aéroport d’Alger.

Avec cette nouvelle infrastructure, l’aéroport international Houari-Boumediene d’Alger pourra traiter, à l’horizon 2018, quelque 16 millions de passagers/an. Il explique le lancement de ce projet en raison du fait que l’ancienne infrastructure, d’une capacité de six millions de voyageurs/an, « est arrivée à saturation ».

Il a aussi précisé que l’ajout de cette aérogare aux infrastructures déjà existantes devrait permettre de traiter un volume de 16 millions de passagers chaque année. M. Allache a par ailleurs annoncé la construction d’une nouvelle tour de contrôle au niveau de cet aéroport, destinée à remplacer l’actuelle « très ancienne ». Il a indiqué que celle-ci sera plus élevée, « afin d’assurer une meilleure visibilité des pistes », et qu’elle sera dotée d’appareillages et d’équipements « de pointe ». Amené à s’exprimer sur les aspects de sécurité au niveau des aéroports nationaux, il a affirmé que le minimum, à cet effet, est assuré « et de loin dépassé », pour permettre une sécurisation maximum des aéronefs et celle de leurs passagers.

À consulter:  Mise en service du train Agha-aeroport Alger 29 avril 2019

Abordant, par ailleurs, la question de la sécurité au sein de l’infrastructure aéroportuaire, M. Allache a souligné que les normes de sécurité mises en œuvre sont nettement au-dessus des minima fixés par l’Organisation de l’aviation civile internationale (IATA).
« La sécurité et la qualité de l’exploitation sont pour nous des objectifs prioritaires auxquels nous œuvrons quotidiennement », a-t-il ainsi affirmé, notant que « des mesures draconiennes sont prises par son établissement pour écarter les risques animaliers et aviaires (intrusion d’oiseaux dans les moteurs des avions, ndlr) ». L’aéroport d’Alger, souligne M. Allache, « est doté des meilleurs équipements en termes de sécurité aérienne ».

Interrogé sur le dispositif de sécurité opérationnel au niveau de l’aéroport, il a rappelé qu’un comité de facilitation est mis en place et qui regroupe tous les intervenants (DGSN, Douanes, compagnies aériennes), avec pour mission de veiller à l’amélioration de la qualité des prestations aux voyageurs. « Notre objectif, à travers cette mobilisation de tous les acteurs, est d’assurer un maximum de fluidité dans le traitement des passagers », a affirmé, à ce propos, M. Allache, en précisant que l’aéroport d’Alger connaît un trafic aérien « relativement intense » avec près 120 à 160 mouvements/jour entre atterrissages et décollages.

Des prestations offertes aux passagers, au niveau de l’aéroport d’Alger, qualifiées être « au-dessous de ce que souhaiteraient ces derniers », l’intervenant a récusé cette affirmation en rappelant que les enquêtes menées au niveau des usagers font ressortir, « au contraire, que pas moins de 80% parmi eux se disent satisfaits ».

À consulter:  Présentation du projet de la cité de la mer de Snasco

Il y a lieu de signaler, par ailleurs, qu’une réflexion est en cours pour envisager de rallier les réseaux du métro et du tramway à l’aéroport, pour couvrir le déficit en moyens de transport, de même qu’il y a lieu de signaler que l’opération d’élargissement du parking automobiles est en cours, pour augmenter sa capacité d’accueil actuelle de 2.200 à 5.000 véhicules, ainsi que la réalisation d’un hôtel. Il reste la problématique du terminal du fret, selon le responsable lui-même, liée à l’acquisition de nouvelles parcelles de terrain pour son expansion ou le déplacer vers un autre lieu, précise la même source.

Les transports urbains vont bon train à Alger

Les Transports à Alger: Extension du métro, tramways et téléphériques

Les transports urbains à Alger vont bon train, les travaux d’extension du métro, tramways et téléphériques se poursuivent allégrement. Omar Hadbi, DG de l’entreprise du métro d’Alger (EMA) dévoile dans son entretien à TSA-ALGÉRIE, les quartiers de la capitale qui seront désservis d’ici peu par le métro.

Archives